Que faire en cas de symptômes urinaires / génitaux

Share

Tous les symptômes génitaux et/ou urinaires ne sont pas nécessairement dus à des IST, mais dans tous les cas, un avis médical est indispensable.

Les brûlures urinaires et autres signes urinaires associés

Chez les femmes :

Il s’agit le plus souvent d’une infection urinaire (cystite).
D’autres signes sont souvent associés, comme les envies pressantes et faux besoins d’uriner.
Les cystites se traitent le plus tôt possible par antibiotique afin d’éviter qu’elles ne s’étendent aux reins (pyélonéphrite).

Cependant, ces symptômes sont parfois le signe d’une infection génitale (urétrite, vaginite), qui peut avoir été transmise sexuellement.
Il faut y penser systématiquement devant des signes d’infection urinaire atypique : notamment en cas de symptômes discrets ou ne cédant pas sous antibiotique, d’absence de bactérie à l’ECBU (examen bactériologique du 2nd jet urinaire).

Chez les hommes :

Les infections urinaires sont exceptionnelles. Des signes urinaires sans fièvre associée doivent immédiatement faire penser à une urétrite (infection de l’urètre qui est le canal par lequel les urines sortent de la vessie). Les urétrites sont le plus souvent dues à des bactéries sexuellement transmissibles

Les pertes gynécologiques / les écoulements urétraux

Chez les femmes :

Il est normal d’avoir des pertes, dont l’aspect ou la quantité varient en fonction de l’âge, du cycle ou du type de contraception. Cependant, une modification notable de ces pertes doit amener à consulter, notamment en cas de signe urinaire associé, de fièvre, de douleur dans le bas-ventre, ou de douleur lors des rapports. De multiples causes peuvent être à l’origine de ces symptômes, dont parfois des IST.

Chez les hommes :

Un écoulement urétral (généralement associé à des signes urinaires) est le plus souvent le signe d’une urétrite à germe sexuellement transmissible.

IST à l’origines des symptômes génitaux / urinaires

Les germes sexuellement transmissibles le plus souvent responsables de ce type de symptômes sont le chlamydia (extrêmement fréquent) et le gonocoque.

On retrouve aussi parfois le trichomonas, ainsi que certains mycoplasmes. Attention cependant concernant certains mycoplasmes, qui sont souvent présents sans être pathogènes (déclencheurs de maladie) et qui contrairement aux autres germes ne sont pas traités de façon systématique par antibiotiques.