Vaccination contre les papillomavirus humains

Share

Pourquoi ?

Les cancers du col de l’utérus sont principalement liés aux infections par certains papillomavirus humains (HPV ou VPH), de même que les cancers anaux. Ces virus sont transmissibles sexuellement.

En complément de la réalisation régulière de frottis de dépistage du cancer du col utérin, qui reste indispensable entre 25 et 65 ans, il est proposé de vacciner les jeunes filles contre les souches les plus fréquemment en causes dans ce type de cancer. Actuellement, la vaccination chez les garçons (qui permettrait de réduire le portage et la circulation des HPV ciblés) n’est pas recommandée en France.

La vaccination a démontré son efficacité contre le portage des virus ciblés, et une réduction du risque de cancer est attendue en conséquence.

Comment ?

En 2015, deux vaccins, Gardasil® et Cervarix®, sont disponibles sur le marché français, respectivement depuis 2006 et 2007, actifs sur les 2 génotypes les plus fréquemment rencontrées en association avec les cancers du col utérin.

Le HCSP recommande ainsi de vacciner les jeunes filles de 11 à 14 ans au plus tôt et notamment avant leur premier rapport sexuel, avec un rattrapage entre 15 et 19 ans
révolus (c’est à dire avant l’âge de 20 ans). Le calendrier vaccinal 2015 recommande 2 doses avant 14/15 ans, et 3 doses après :

  • Vaccin Gardasil® :
    • Vaccination initiée entre 11 et 13 ans révolus : deux doses espacées de 6 mois.
    • Vaccination initiée entre 14 et 19 ans révolus : trois doses administrées selon un schéma 0, 2 et 6 mois.
  • Vaccin Cervarix® :
    • Vaccination initiée entre 11 et 14 ans révolus : deux doses espacées de 6 mois.
    • Vaccination initiée entre 15 et 19 ans révolus : trois doses administrées selon un schéma 0, 1 et 6 mois.

Ces vaccins coûtent cher : environ 110 à 120 € l’injection. Ils sont remboursés à 65% par l’Assurance Maladie, le reste étant pris en charge par les mutuelles. Le CeGIDD de Reims peut réaliser ces vaccinations gratuitement, uniquement sur rendez-vous nominatif et sous réserve de l’accord des responsables légaux concernant les personnes mineures ou sous tutelle.

Recommandations officielles

 

Laisser un commentaire